La mode téké

Le rouge symbole du royaume teke

Comment devient-on Roi téké ? Comme les autres royautés africaines, celle du Makoko est élective ; néanmoins le choix des grands dignitaires doit porter sur un parent des précédents onkoo. L’élu doit respecter le tabou : quiconque a mangé dans sa vie un éléphant est écarté. La coutume veut que l’élu puisse se dérober à la dernière minute. Il fuit tout simplement. Le ngaelino (second du Roi) le fait rechercher et bastonner par son mwangâw (officier d’ordonnance). Chaque fois que celui-ci le frappe, il dit : « c’est la dernière fois que nous pouvons porter la main sur vous impunément, quand vous serez Roi vous nous aurez oubliés », l’élu entre ensuite dans une grande case construite pour l’occasion avec la future reine, sa première femme et un de ses enfants qui porte le coussin en serge rouge rempli de charmes « le likuba ». C’est sur ce coussin que le roi va s’asseoir durant toute l’initiation qui dure neuf jours. Il est initié dans les moindres détails sur le plan temporel et surnaturel. Le 3e jour est un jour fatidique, si le futur roi le dépasse, c’est le signe que l’esprit supérieur du royaume ainsi que ses propres ancêtres l’agréent. Sinon, il doit mourir, tué par les esprits qui se libèrent des attributs royaux. Chaque jour durant l’initiation, il est habillé et lavé par le Ngassibi et motiri. C’est la 2efemme qui apporte au roi et à la future reine leur nourriture, mais celle-ci est cuite sur un feu allumé par un dignitaire dans une cuisine construite pour la circonstance. Rien n’est laissé au hasard. Chaque détail est fixé par la tradition. Le futur roi acquiert d’autres attributs de sa puissance : des plumes rouges du NKUWO (le perroquet) considéré comme le roi des oiseaux, des plumes mauves de l’engoulement, une peau de lion, son bâton de commandement, un bonnet brodé et enfin le grand collier en cuivre orné de douze pointes représentant le nombre de ses grands feudataires. Enfin le 9e jour, celui de l’investiture publique. Le roi sort en grande pompe de sa retraite à l’heure où il y est rentré. Devant le peuple assemblé, le ngaelino lui passe au cou le grand collier et lui remet tous les insignes de sa charge. Il le présente ensuite au Ngansyemu qui proclame le nom du nouveau roi.

Le royaume teke a beaucoup de tenues vestimentaires du souverain, des dignitaires, des princes et des princesses. En effet, le rouge représente l’autre symbole du royaume. Car, le royaume a plusieurs symboles qui font à la fois son mystère et ses intrigues. Les plus connu des ces symboles est le raphia qui au fil des temps est devenus une tenue traditionnelle chez le peuple teke et exhibé
 Dans touts les cérémonies traditionnelles aussi bien des danseurs, danseuses, griots, griottes, pleureuses, souffleurs d’oliphants ; batteurs de tam-tam et autres membres de la famille teke ; contrairement au rouge qui est souvent réserve aux dignitaires, princes de sang et tous les souverains.
La couleur rouge représente  le sang  vecteur d’énergies chez les humains et qui  au même titre que le soleil dont la clarté illumine la terre entière, symbolise la raison. Elle est une couleur qui ravive le royaume, lui apporte force te vigueur. Elle représente également  la vie et l’espoir.
Comme le sang qui véhicule l’homme, le rouge éveille le royaume te le propulse. Il symbolise aussi la paix et l’harmonie, le feu et l’amour pour son prochain. On peut le contempler sur :
  • l’emblème du royaume représenté par une panthère tachetée de noir et rouge, imprimé sur un tissu d’étoffe sur un fond noir et rouge également
  • lors des funérailles de la reine le souverain est drapé d’un costume d’apparat de couleur rouge
  • le catafalque de la reine porte une sorte de ceinture faite à l’aide d’un tissu d’étoffe de couleur rouge
  • les princes de sang portent des brassards rouges
  • les princesses sont tressées avec une sorte de bandanas rouge
  • la plume de perroquet planté sur le front du souverain est de couleur rouge (lissala likou)
  • la couverture (boulou a Ngo) un autre symbole du royaume est fait des imprimés de couleurs noir et rouge
  • le pourtour des yeux du souverain est peint de couleurs rouges surtout durant les trois jours de cérémonies
  • la reine enterrée, ses fétiches sont couverts de draps rouge sur lesquels fut placée une natte en raphia
  • les fétiches du royaume sont installés sur un tissu d’étoffe  de couleur rouge
  • la couverture « mkami » est de couleur rouge

No comments:

Post a Comment