Contact

mujabitsi@hotmail.com

guimbij@yahoo.fr

Les differents noeuds de cravates.








Conseil: Traites de Balzac

Considérations sur le port de la cravate

Considérés sous le rapport de la cravate, les hommes se divisent naturellement en trois grandes catégories.
D'abord, pour commencer par celle qui mérite le moins notre attention, se présente cette classe nombreuse d'hommes qui portent la cravate sans la sentir, ni la comprendre, qui, chaque matin, tournent un morceau d'étoffe autour de leur cou, comme on fait d'une corde ; puis, tout le jour se promènent, mangent, vaquent à leurs affaires, et le soir, se couchent et s'endorment sans scrupule, sans remords, parfaitement satisfaits d'eux-mêmes, comme si leur cravate eût été mise le mieux du monde. Gens sans actualité, continuant le XVIIIème siècle au milieu du XIXè ; anachronismes vivants, trop nombreux, hélas ! à la honte du siècle de lumière, et que nous ne mentionnons ici que pour mémoire ; car, relativement à la cravate, ce sont des êtres négatifs.
Au-dessus d'eux, immédiatement, viennent ceux qui entrevoient ce qu'il y a de bien dans la cravate et ce qu'on peut en faire, mais qui, n'en pouvant tirer aucun parti par eux-mêmes, sont réduits à copier autrui. Esprits étroits, stériles, sans imagination, sans une seule idée à eux, ils étudient chaque jour le noeud qu'ils reproduiront le lendemain. Quelle estime faire de ce servum pecus de la cravate ? Je les comparerai à ces hommes frivoles qui cherchent chaque matin, dans les gazettes, les idées qu'ils auront toute la journée, ou aux mendiants qui vivent des charités d'autrui.
Au premier rang, enfin, se placent ces hommes forts et solides par eux-mêmes, qui sentent et comprennent la cravate, qui la comprennent dans ce qu'elle a d'essentiel et d'intime, avec cette énergie d'intelligence, cette puissance de génie, départies à ces mortels privilégiés quos aequus amavit Jupiter. Ceux-là n'ont ni maîtres ni modèles, ils trouvent en eux de grandes, de nobles ressources ; ils n'écoutent qu'eux-mêmes, ils sont véritablement créateurs.
Car la cravate ne vit que d'originalité et de naïveté ; l'imitation, l'assujettissement aux règles la décolorent, la glacent, la tuent. Ce n'est ni par étude ni par travail qu'on arrive à bien ; c'est spontanément c'est d'instinct, d'inspiration que se met la cravate. Une cravate bien mise, c'est un de ces traits de génie qui se sentent, qui s'admirent, mais ne s'analysent ni ne s'enseignent. Aussi, j'ose le dire avec toute la force de la conviction, la cravate est romantique dans son essence ; du jour où elle subira des règles générales, des principes fixes, elle aura cessé d'exister.

Honoré de Balzac in Traité de la cravate, 1830

Conseil sur le port de la cravatte


Cravates


Le port de la cravate est un exercice bien plus périlleux qu'il n'y paraît. Une cravate mal assortie ou un noeud mal fait peuvent ruiner votre mise savante. Evitez au maximum les motifs autres que les rayures obliques et les petits sigles discrets. En particulier, les cravates fantaisies ou publicitaires passeront toujours pour une faute de goût. Il existe différents types de cravates : celles qui se portent avec le costume de ville sont appelées "régates" (c'est ce qu'on appelle classiquement la "cravate").

Evitez les couleurs vives et les motifs grotesques. La cravate doit être assortie à toute votre tenue : costume, chemise, pochette, gilet, accessoires. Elle ne doit pas déséquilibrer l'ensemble. Si on vous a offert une cravate de mauvais goût, il sera tout de même apprécié que vous la portiez en présence de la personne qui vous l'a offerte. Profitez d'une occasion où vous êtes en petit comité.

Il existe un certain nombre de noeuds de cravate. Des mathématiciens ont modélisé - cette anecdote est fort connue - l'ensemble des noeuds de cravate et les ont classifiés. Le noeud doit toujours être adapté à votre col (préférez un large noeud si le col est tronqué, un noeud plus petit si le col est long). Voyez dans la section "Noeuds de cravates" un petit tableau récapitulatif des principales façons de faire un noeud de cravate.

Attention aux impairs : certains motifs sont typiques de clubs anglais sélectifs. Si vous n'en êtes pas membre, méfiez-vous. Un britannique, surtout s'il est membre du club dont vous portez naïvement le motif, ne vous pardonnerait pas cette faute de goût et vous en demanderait raison. Ne badinez pas avec les traditions !

L'ascot est réservé aux mariages (le vôtre ou celui de vos enfants), est obligatoire pour la chasse à courre (il est alors torsadé et appelé cravate de chasse) et aux courses d'Ascot en présence de la Reine ou du Roi d'Angleterre. Le noeud papillon porté avec un costume de ville est toujours une marque de fantaisie déplacée. Ne passez pas pour un original ou un franc-maçon en vous y risquant, même si vous l'êtes. Au contraire, le smoking ne se porte qu'avec un noeud papillon noir (black tie), l'habit avec un noeud papillon blanc (white tie). Quoique souvent vendus montés, l'Ascot et le papillon sont faciles à réaliser.

En outre, si le pliage des pochettes n'est pas immuable, vous pouvez vous inspirer des modèles ci-dessous.

Enfin, n'oubliez pas que ces règles ne sont qu'indicatives et qu'une cravate bien mise ne peut l'être que naturellement. Lisez pour vous en faire une idée plus précise cet extrait hilarant du Traité de la cravate écrit par Balzac.

Nouvelle Etoile du Mannequinat


Louise, 20 ans, 1,79m, le sourire ravageur, un corps de rêve, un teint ébène à en faire pâlir les plus sceptiques, est une pure merveille. Le jeune mannequin découvert lors de son premier défilé organisé par l’ONG « Famous Art » en fin de mois de décembre 2009 dans le cadre d’une manifestation à but charitable, a retenu l’attention du public et fait sensation auprès de ses pairs.

Interrogée par notre rédaction, le mannequin, peu loquace répondant à la question de savoir quels avaient été le déclic et l’inspiration l’ayant incité à s’ouvrir au monde de la mode, a confié : « depuis toute petite, j’ai toujours voulu évoluer dans ce monde extraordinaire Naomi Campbell a d’ailleurs été ma première source d’inspiration ».

Louise, il faut le dire, est à n’en point douter, la découverte de l’année en matière de mannequinat au Gabon. Une nouvelle égérie du mannequinat sur le plan local. Le mannequin, découvert par l’Agence K, une agence de mannequins et d’hôtesses ayant fait ses preuves dans la capitale gabonaise est aujourd’hui, une référence dans ce secteur privé.

La jeune femme, a donc fait sensation au cours de cette parade d’artifices et d’étoffes, grâce à son physique longiligne et à son style impressionnant. L’Agence K, auteure de cette belle trouvaille durant un casting réalisé en fin d’année dernière, a confié à notre rédaction par la voix de Renée KONAN, fondatrice de l’Agence K : « Nous l’avons tout de suite remarqué au milieu de ces dizaines de filles qui se sont présentées à notre casting ce jour là. Elle était tellement timide et ne semblait pas se rendre compte de l’aura qui émanait d’elle. J’ai tout de suite dit à mon associée : « Nous avons trouve la nouvelle Alek Wek.’ ». Un beau début et une aubaine pour cette élève de Terminale qui au sortir de ce casting, signait son premier contrat.

L’Agence K a entre autres révélé à la rédaction de Gaboneco, que nombre de projets étaient déjà en voie de réalisation et que Louise en fait grandement partie : « Malgré le peu d’événements relatifs a la mode organisés au Gabon, nous nous faisons un point d’honneur à offrir le maximum de visibilité à nos filles aussitôt qu’elles ont intégré notre agence, ». Dans la foulée de ses débuts avec l’Agence K, Louise est remarquée par le styliste camerounais Martial Tapeo qui décide de faire d’elle son « African Queen » en lui confiant le passage le plus attendu de tout grand défilé ; le passage en robe de mariée, le 30 décembre 2009 au cours des « Editions des Etoffes d’Afrique ».

Louise qui ainsi, faisait son entrée officielle dans l’univers de la mode et du Showbiz local, a déjà quelques petites expériences à son actif : une apparition dans une publicité d’une compagnie aérienne réputée au Gabon ce, dans le cadre d’une campagne de communication institutionnelle : « Je devais jouer une femme d’affaires voyageant en Première Classe. C’était une expérience très différente des podiums car la photo exige un plus grand travail sur soi. Il faut connaitre son meilleur profil, sourire à la commande, prendre un air sérieux juste après, et faire preuve de beaucoup de patience. J’avoue que je préfère les défilés. J’ai beaucoup appris en travaillant avec le photographe et l’équipe technique présente, » nous confie une Louise amusée.

Avis aux fans : contactez Agence K, agence de mannequins et d’hôtesses à Libreville, Gabon: Tel (241) 07-50-00-62 / (241) 07-63-64-50 / Email : agencek.mgt@gmail.com