QUI RELEVERA LE DEFI DE DJO BALLARD?

Vivre bien, en bonne santé et avoir une meilleure vie.

Voici quelques secrets qui vous aideront à vivre bien, en bonne santé et avoir une meilleure vie.

Veuillez sur votre santé en faisant des activités physiques, attention à ce que vous mangiez et à la consommation des médicaments.L'abus de médicament est un danger.
car tout médicament est un poison.

Les activités physiques régulières tels que étirements, pompes, courses, marches et aérobics 25 minutes au minimum par jour vous permettrons d'avoir une bonne santé.

Évitez de mangez gras, la grosseur est mauvais pour la santé. Il faut reconnaitre que beaucoup de nos aliments sont préparés avec beaucoup d'huile, éviter de consommer les conserves et buvez beaucoup d'eau le matin quatre verres d'eau au levée du matin durant la journée buvez tant que vous en pouvez.Évitez de consommez beaucoup de medicaments mangez beaucoup de légumes et de fruits peut vous prévenir des maladies cardiovasculaires et cancer.

Abstenez vous de l'alcool et de la cigarette


Mangez beaucoup de fruits et légumes peuvent vous prévenir des maladies du cœur et du cancer.

Soyez indépendant financièrement

les profits n'ont rien avoir avec l'éducation. Il faut juste être a la bonne place et au bon moment. Il faut savoir mesurer les marges. chercher la niche qui paye bien.
Un top software Microsoft gagne 250 000 l'année soit 137 000 000 fcfa

Les jobs gagnants à l'étranger sont:
Comptable. software, scientifique R7D, sécurité business
finalement gagner l'argent demande une mentalité d'investisseur.

Enfin trouvez quelqu'un qui a réussi et demandez lui qu'es-ce qui fait et comment a-t-il réussi? Suivez son exemple.

Abstenez vous des paroles négatives.

YVES Saint Nguélé

Né il y a vingt-six ans à Franceville (Gabon), Yves Saint Nguélé est un styliste créateur autodidacte qui se remarque ! Le style de ce fleuron de la mode gabonaise allie à la fois matériaux occidentaux et apports africains, tout en laissant une large place à l'imaginaire.Sa nouvelle collection s'inscrit dans l'esprit "afro-multi euro" qui fait la part belle aux accessoires uniques en raphia et liane du Gabon. Yves nous présente des vêtements de ville, d'élégantes tenues de soirée, des robes de mariée.

Gabon : Sonny Sax réinvente le jean grande taille
Le mercredi 9 novembre 2005.

Par Habibou Bangré

[ Envoyez cet article à un ami ]

Pourquoi les femmes rondes ou fortes n’auraient pas le droit de porter de beaux jeans ? C’est la question que s’est posée Sonia, alias Sonny Sax, avant de remédier à ce qu’elle estime être une de discrimination. La styliste gabonaise crée en effet des jeans grandes tailles en partie brodés ou crochetés. Objectif : montrer qu’on peut avoir des formes généreuses et porter joliment la fameuse toile bleue. Interview.

Vous est-il déjà arrivé d’essayer un jean et de vous apercevoir, après avoir tenté l’expérience dans cinq magasins, que vous ne rentriez pas dedans ? Sonia, alias Sonny Sax, fait partie de ces femmes qui ont eu le sentiment désagréable de ne pas pouvoir trouver un jean à leur taille. Alors, forte de sa formation en couture, la styliste autodidacte gabonaise s’est dit qu’elle allait créer des pantalons dans le fameux tissu bleu. Pour elle, mais aussi pour les autres femmes qui rencontrent le même problème. Après deux ans de travail, la jeune femme de 29 ans, également musicienne, vend enfin ses jeans sur les marchés depuis un an. Sonia, dont le concept est de « faire quelque chose qui sort de l’ordinaire », raconte la naissance et l’évolution de sa marque Sonny Sax.

Afrik.com : Comment avez-vous eu l’idée de créer des jeans pour grandes tailles ?
Sonny Sax :
Je fais du 44. Lorsque j’essayais un jean, il me faisait comprendre que ça n’irait pas. Il s’arrêtait au niveau des cuisses ou des hanches et impossible de le monter plus haut. Ou alors je rentrais dedans mais il me coupait le ventre en deux. Ou il était trop classique, « style mémère ». Alors je me suis dit que je pouvais profiter de mon expérience en couture pour dessiner des jeans pour les grandes tailles.

Afrik.com : Pourquoi avoir choisi de travailler le jean ?
Sonny Sax :
Parce que c’est une matière pratique, qui se porte à toutes les saisons. Dans chaque famille, il y a au moins un jean. Si ce n’est pas chaque membre de la famille qui en possède un.

Afrik.com : Quelles tailles fabriquez-vous ?
Sonny Sax :
Au départ, je faisais des jeans allant du 34 au 50. Mais je me suis rendue compte qu’il n’y avait que les grandes tailles qui partaient et que les tailles 34, 36 et 38 me restaient sur les bras. J’ai donc adapté ma production à la demande et je produis des jeans du 40 au 50. Je fais aussi des tailles intermédiaires car j’ai remarqué que beaucoup de femmes sont entre deux tailles. Comme ça, tout le monde y trouve son compte. Mais si c’est un 40, c’est un vrai 40, pas un « demi-40 ». Je me base sur les formes africaines car une Africaine forte ne peut pas rentrer dans un jean taillé pour une Européenne forte à cause de sa cambrure. En revanche, une Européenne peut parfaitement rentrer dans un jean taillé pour une Africaine.

Afrik.com : Vos jeans sont-ils réservés aux femmes de la communauté africaine qui sont fortes ou ont des rondeurs ?
Sonny Sax :
Non. Je crée des jeans pour toutes les femmes qui ont une surcharge pondérale, comme on dit. Qu’elles soient blanches, blacks ou beurs.

Afrik.com : Quel est votre concept de création ?
Sonny Sax :
Le jean a toujours été classique. On ne lui donne pas beaucoup de valeur. Je produis mes jeans en série limitée parce que les femmes ne veulent pas ressembler à tout le monde. J’ai au moins six modèles à base de triple stone (98% de coton et 2% d’élasthanne), une matière moelleuse et non rêche comme certaines autres. Les jeans sont tous taille haute, que je brode ou auxquels j’ajoute des parties en crochet ou des poches en bas du pantalon. Plus tard, lorsque mes ventes me rapporteront assez, j’envisage de coudre des tissus africains (bogolan, bazin...) sur les jeans pour qu’il y ait des couleurs chaudes.

Afrik.com : Quel est votre objectif en créant ces jeans ?
Sonny Sax :
Je veux montrer que nous, les femmes fortes, nous sommes aussi belles que celles qui font un 34, un 36 ou un 38. Lorsqu’on va chez le boucher, on demande toujours un morceau bien charnu et avec peu d’os. Alors pourquoi ces gens qui veulent manger beaucoup de chair ne veulent pas de nous aux castings ? (Rires) Je joue avec le tissu et les formes pour que nous soyons bien habillées et en même temps sexy. J’ai envie qu’on nous envie.

Afrik.com : Vos jeans sont-ils commercialisés ?
Sonny Sax :
Pour cela, il faut un investissement et une structure bien montée. Comme je débute, je vends moi-même mes jeans sur les marchés. J’ai de nombreuses clientes mais il faut sans cesse renouveler la clientèle parce qu’on ne peut pas acheter des jeans toute l’année ! Il me reste donc beaucoup de surplus. Mais la volonté est là.

Afrik.com : Comment se passe la production des jeans ?
Sonny Sax :
Dès que j’ai le modèle en tête, je le dessine, je découpe le patronage et je l’envoie au Maroc, où le jean est produit. L’équipe me renvoie un prototype et ajuste le modèle en fonction de ce que je lui dis par téléphone. Si le modèle me va, on lance la fabrication. Nous avons une moyenne de 600 jeans produits par mois.

Afrik.com : Les gens sont-ils intéressés par vos jeans ?
Sonny Sax :
Les gens sont très intéressés par le concept. Ils remarquent mes jeans de loin et, lorsqu’ils s’approchent, ils lisent ma pancarte qui explique que ce sont des créations personnelles. Les femmes sont contentes de trouver des jeans qui ne sont pas taille basse car elles ne veulent pas avoir le nombril dehors.

Afrik.com : Comptez-vous faire des jeans pour les hommes ?
Sonny Sax :
C’est prévu car les hommes, en prenant de l’âge, ont du ventre et ne se sentent pas forcément à l’aise dans les jeans taille basse que l’ont vend. Certains, qui se baladent sur les marchés avec leur femme, me demandent quand je ferais des jeans pour eux ! Mais j’ai besoin de fonds pour lancer cette gamme...

Afrik.com : Quels sont vos prix ?
Sonny Sax :
De 30 à 50 euros. Cela dépend du travail qui a été fait sur les pantalons.

- Pour contacter Sonny Sax :
E-mail : sonysax@hotmail.com
Tél : 01 42 71 83 69
Adresse du point de vente : 4, rue Sainte Elisabeth à Paris (métro Temple ou République)

Les différents styles de nœuds de cravates



Le nœud simple
Même si ce dernier est dit « simple », vous ne serez jamais fustigé pour le porter ainsi. Au contraire, le nœud simple est d’une grande sobriété et empreint d’élégance. Simple à réalisé, il doit être parfaitement ajusté à votre col et le bord large doit tomber juste au dessus de votre ceinture.

Le double simple
Tout aussi simple que le « nœud simple », ce nœud s’exécute rapidement et sans difficulté. Plus imposant que ce dernier, il est aussi plus original et met en valeur les cravates un peu fines.

Le Windsor
Ce nœud se porte en particulier avec les chemises à cols italiens, c'est-à-dire assez écartés. Il donne du corps aux cravates fines mais demeure un peu ardu à réaliser.

Le demi-Windsor
Parfait lorsque votre col est un peu trop large, ce nœud comme son grand frère apporte un peu de volume aux cravates trop fines. Plus facile à exécuter, il convient de le « fendre » dans sa partie basse. On appelle ce creux , la cuiller.

Le petit nœud
Comme son nom l’indique, il s’agit d’un petit nœud très facile à réaliser qui s’adapte particulièrement bien aux cravates larges.

Le nœud croisé
C’est sans doute le plus ardu de tous mais aussi le plus élégant. Il ne peut se réaliser qu’avec des cravates fines…

Les autres nœuds
Le nœud papillon
Obligatoire avec un smoking et avec une queue de pie. Le nœud pap’ est heureusement vendu tout fait la plupart du temps.

La lavallière
C’est un nœud papillon réalisé avec un foulard. Qui comme le précédemment est généralement vendu tout fait.

Pour que ces nœuds vous apparaissent plus clairement, nous vous conseillons de visiter le site www.noeud-de-cravate.com

Le Gabon marque des points


Malgré l'attachement d'Angèle Epouta au pagne africain revisité, le style se veut a la fois multiforme , multi-culturelle, ouvert à tous les tissus, africain , occidentaux et orientaux.
aussi on retrouve des collections des tenues de villes, des tenues de soirée, avec un zeste de tenue masculine. Les modèles de femmes près du corps, ajourés des dentelles ou drapés, qui surplombent souvent un bustier plongeant.

Le vrai wax


Guaranteed Real Dutch Super Damask

Super Damask uses a fine 100% cotton damask as a base cloth and the same technique as for Java Prints is used. However, the signature of this specific product is very different! Bold patterns & colour distinguish it from the intricate detailed Java print. Each region in West Africa has a different association with the patterns & design of Super Damask and these fabrics are often specially chosen for a particular occasion such as a wedding or celebration.




The core element in Wax Print is of course the wax. Using two deep engraved copper rollers, with the mirror image of the design, the two sides of the cotton fabric are printed with a pattern of melted wax, hence the name Wax Print. The fact that the cloth is printed on both sides enables you to wear the product either side. This is the true sign of a quality wax print. Following this, the cloth is immersed in a bath of dye, often Indigo, that penetrates into the areas that are not covered with wax. After the wax as been washed off in varying stages, a negative image of the printed pattern remains on the cloth. This intricate wax printing process results in unique effects that makes the product so outstanding. In fact, not one single centimetre of fabric is identical to the other! Vlisco: the true original.


Guaranteed Real Dutch Wax Cover

The Wax Cover Print is a Wax Print which is enriched with one or more coloured patterns. These ‘cover’ patterns can be of very varying designs such as circles, stripes, birds, leaves, in fact any graphic form. These designs form the unique Vlisco design signature, which admired and copied by many around the globe. The Wax Print and Wax Cover products can be found all over Western- and Central Africa. More specifically though, the Sahel- and Eastern Sahara regions.


Guaranteed Real Dutch Wax Block Print

The Wax Block Print is a special print with one or two colours fitted into the Wax Print design, respecting its outlines and adding to the image of the basic print. The range of colours used is extremely wide and increases the unique appeal of Vlisco fabrics. Each colour combination is an expression of individual taste and personality. Vlisco has infact many unique colours that other produces cannot re-produce. Wax Block Prints are consumed in a large region of West & Central Africa, from Senegal, through the coastal areas of Ivory Coast, Ghana and Nigeria towards the more Southern African areas like Congo-Brazzaville and Congo (Kinshasa).


Guaranteed Real Dutch Java Print

The process of creating the Java Print fabrics is quite different from that of the Wax Block Print. The most obvious difference is that no wax is used. This enables the design team to create very fine and detailed motifs. Our choice of a wide range of colour dyes allows us to create unique and powerful colour ways with beautiful special effects.
The earliest examples of the Java Print were sold in Indonesia on the island of Java and were inspired by local Javanese motifs and batik. Today the Vlisco Java Prints are mostly consumed in the areas around Guinea (Conakry) and Congo (Kinshasa).


Pagnes africains docodés

Je cours plus vite que ma rivale, ton pied mon pied, tu sors je sors, jalousie, œil de ma rivale, chérie ne me tourne pas le dos, tels sont quelques uns des noms célèbres de pagnes qui font le succès des vendeuses de tissus des marchés d’Afrique de l’Ouest, Bénin, Togo, Côte d’Ivoire, Guinée, etc. On peut être frappé par l’élaboration de ces noms et leur rapport aux motifs imprimés sur les textiles et vêtements, géométriques, organiques -œil, peau, ongles, pied, …-, et autres. C’est que ces tissus très souvent d’importation hollandaise -wax hollandais- mais aussi issus des manufactures locales pour les fancies, revêtent une importance qui va bien au-delà du simple aspect vestimentaire. Ils sont en fait le véhicule d’un ensemble de messages sociétaux, abritent un langage symbolique, métaphorique, derrière lequel se résolvent, se suspendent, se neutralisent bien des tensions, rivalités, et expression de fierté, d’affection, de colère.

Par exemple pour un motif avec deux chevaux ce sera l’occasion d’aborder les relations sentimentales délicates hommes femmes et l’éternelle question du passager clandestin de l’histoire, la rivale : Je cours plus vite que ma rivale. Une cage ouverte avec deux oiseaux et l’affirmation de l’égalité des sexes, de l’émancipation de la femme trouvera une belle fenêtre de tir en dénommant le tissu tu sors je sors ! Il n’en ira pas différemment de ton pied mon pied, pagne sous-entendant que l’à où l’homme va la femme peut aller.

Mounira Mitchala en mode Tchadienne
Mounira Mitchala, one of the rare female vocalists from Chad to emerge on the international music scene, is a woman full of surprises. Mounira, who won RFI’s "Découvertes" award in 2007, is currently in France due to perform a series of dates in Paris and appear at the "Musiques Métisses" festival in Angoulême. And on this occasion she hooked up with RFI Musique to talk about her album, Talou Lena, and her unusual career to date.

La bataille continue

La lutte entre Afrique centrale et Afrique de L'ouest c'est une lutte entre deux différentes écoles, l'idéal fashion de l' Afrique central est la finesse, la simplicité et la coquetterie, tandis que l'ideal de l'afrique de l'ouest est l'exubérance et la respectabilité. C'est la simplicité relative de l'Afrique centrale contre le couvert et le rampant l'Afrique de l'Ouest.
Fig. 1 L'esprit de coquetterie Afrique centrale


Fig.2 La respectabilité Afrique de L'ouest